L'histoire de Plaisance du Touch

Autour de l'An Mil, la vallée du Touch apparaissait comme un point de contact et d'échange entre le piémont pyrénéen et la moyenne vallée de la Garonne. On sait que cette période correspond à un accroissement démographique dont l'une des conséquences fut la mise en culture des bois et forêts et l'apparition de nouvelles agglomérations. La fondation initiale de notre ville correspond sans doute à cette tendance.

Toujours est-il que la première référence avérée à notre localité provient d'un document de 1164.

Le village devait se situer sur la rive gauche du Touch, entre la rivière et le chemin de la Béguère, près de la Grande-Borde.

"L'Ancêtre" de Plaisance du Touch s'appelait alors Bonnemaison de Minhac ou Minhac. Les siècles qui suivent voient le village se développer malgré les sanglantes croisades contre les "hérétiques" Cathares, si bien qu'au XIIIème siècle le dernier comte de Toulouse y installe un bayle chargé d'autorités judiciaires et fiscales.

La cité devient une bastide royale dont le coeur s'implante à l'abri des inondations, au dessus du Touch, sur les axes de circulation Pujaudran - La Salvetat - Cugnaux - Fontenilles - Fonsorbes. Village étape proche de Toulouse, la bastide prend le nom de Plaisance de Minhac, puis simplement de Plaisance qui évoque la ville italienne de Piacenza, sur le Pô.

La construction de l'église St Barthélémy fut précoce puisque les premiers travaux eurent lieu dès le XIVème siècle.

Le patronyme définitif fut adopté en 1891 comme en témoigne un extrait du registre des délibérations «(...) Plaisance du Touch afin d'éviter les erreurs qui se produisent dans l'envoi des lettres qui, la plupart du temps, sont dirigées sur Plaisance du Gers, en fausse direction».

Un aspect plus méconnu, presque une curiosité, mérite notre attention : il existe quelques sites archéologiques du IIème âge du Fer jusqu'à l'époque gallo-romaine (la Tuque, la Béguère, le Pré Bézinal, rue de la Hille).

Deux ouvrages principalement relatent l'histoire de Plaisance du Touch :

  • Plaisance au passé, Christian CAU, directeur des Archives de la ville de Toulouse, 1987.
  • Plaisance a un passé, Michel HENRY, Para Graphic, 2002.

Focus

Services & démarches