Schéma transition écologique

La municipalité est fortement engagée en faveur de l’environnement. Dans le cadre de la mise en œuvre de son Schéma de Transition Écologique, l’objectif est de travailler en profondeur, sur le long terme, afin que l’ensemble de l’action municipale soit plus respectueuse de l’environnement.

Cette volonté prend de multiples formes qui ont toutes pour vocation soit à réduire l’impact écologique (pollution, gaz à effet de serre, etc.) de la commune, soit à sensibiliser la population aux enjeux environnementaux, soit à préserver le cadre de vie et les espaces naturels présents sur le territoire communal.

Des actions sont déjà menées telles que : 

  • l’abandon des produits phytosanitaires
  • l’isolation des bâtiments communaux
  • la lutte contre le gaspillage dans les cantines scolaires
  • la plantation d’arbres
  • l’acquisition de véhicules électriques par la ville

Préserver le cadre de vie et créer des poumons verts

L’implantation d’espaces naturels au cœur de la ville : il existe au cœur de la commune des espaces verts ouverts à l’ensemble des citoyens : berges du Touch et de l’Aussonnelle, lac Soula, parc du Pigeonnier avec des arbres remarquables. La municipalité entretient et préserve ces lieux qui participent à faire de Plaisance-du-Touch une ville agréable à vivre pour ses citoyens.

Les jardins familiaux et les vergers (quartiers Occrelines, Montaigne, Ousseau et Ancienne Gare) : ces lieux sont mis à la disposition des citoyens. L’entretien des vergers ou la participation aux jardins familiaux permet à certain nombre de Plaisançois de s’initier aux techniques de jardinage et de partager une vie conviviale et solidaire tout en agissant pour la biodiversité. Tous ces lieux sont cultivés sans produits phytosanitaires de synthèse.

Le lac Birazel, un site naturel d’exception : accolé au lac Bidot de Fonsorbes, le lac Birazel est situé sur un couloir Plaisance-Fonsorbes-Frouzins classé Natura 2000 par l’Union Européenne. Situé sur une ancienne gravière, le lac Birazel accueille des oiseaux migrateurs ou semi-migrateurs. Le grèbe huppé, la foulque noire, le héron cendré, le bihoreau gris, la grande aigrette, l’aigrette garzette et le héron pourpre viennent ici se poser entre les orchidées sauvages et les rosiers.

Grenouilles, têtards et autres batraciens côtoient une végétation de chênes, saules, peupliers et vergnes.

Urbanisme et environnement : le Plan Local d’Urbanisme de la commune (PLU) est l’outil qui planifie l’aménagement du territoire communal (zone constructible, zone naturelle…). Les arbitrages rendus dans ce document visent à permettre le développement de la ville et une densification douce des zones bâties tout en améliorant et en préservant le cadre de vie de la commune.

Outre des limites apportées à la possibilité d’imperméabilisation des sols, le PLU prévoit la constitution de réserves foncières. L’objectif est de préparer l’aménagement futur de la ville (construction d’équipements publics, création de voies douces…) ou de préserver le potentiel agraire  nécessaire à l’agriculture locale. Il classe aussi  réglementairement des espaces boisés ou à boiser ce qui garantit l’impossibilité de déboiser ces espaces, ou à l’inverse, une obligation de planter afin d’augmenter l’emprise des zones vertes sur la commune.

Enfin, le PLU oblige les promoteurs et constructeurs à intégrer des espaces verts accessibles à l’ensemble des futurs habitants pour tout projet groupé de construction de plusieurs logements ou en lotissement.

Réduire l’impact écologique de la commune

Le « Zéro-phyto » pour l’entretien des espaces verts : 2 grenouilles pour la commune (label décerné par la FREDON Occitanie (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles d’Occitanie).
La ville a initié dès 2011 une démarche alternative à l’emploi des produits phytosanitaires pour traiter les espaces verts sans altérer l’air, l’eau et la santé des agents municipaux et des citoyens.

Des produits d’entretien naturels : l’ensemble des produits d’entretien utilisés dans la commune sont labellisés Ecocert. Ces produits sont donc 100 % naturels et biodégradables.

L’approvisionnement loco-régional de la cuisine centrale : la cuisine centrale produit environ 1 800 couverts chaque jour pour les écoles maternelles et primaires, les crèches et les services de la ville. Les fruits et légumes proviennent de l’agriculture raisonnée et la ferme de Béguère fournit des légumes de saison. Le pain est pétri et cuit à la boulangerie « Le pêché des anges », place Bombail, où il est réalisé deux fois par mois avec des produits bio.

Rénovation des bâtiments publics : la commune, dans le cadre de l’entretien régulier de ses bâtiments et des rénovations, met en place des solutions pour économiser l’énergie, notamment dans les structures les plus consommatrices. Trois exemples de solutions mises en place :

  • depuis 2015, les écoles Daudet et Pagnol bénéficient d’une chaudière au gaz à condensation dont le rendement est largement accru par la récupération de la chaleur dans la vapeur d’eau des fumées,
  • la cuisine centrale est équipée en toiture de 30 panneaux solaires thermiques qui chauffent l’eau,
  • l’École des Arts dispose d’un système géothermique passif pour rafraîchir certaines pièces : l’eau circule en circuit fermé dans la terre avant de remonter dans des ventilo-convecteurs où elle atteint alors 13 °C.

Sensibiliser le public aux enjeux environnementaux

Les pistes cyclables et piétonnes : le réseau de pistes cyclables permet de circuler en toute sécurité à vélo. L’objectif est de favoriser l’utilisation de modes de circulations doux par les Plaisançois.

Éco Touch : cette action annuelle d’opération de nettoyage du territoire communal permet de sensibiliser enfants et adultes à la fragilité des milieux naturels et à la nécessité de les préserver. Durant cette journée de nombreuses animations et ateliers sont également proposés.

Revenir en haut de page